Clichés d’un monde à la dérive.

Deux photographies

Au milieu de photographies représentant des athlètes aux jeux paralympiques de Rio – et je salue leur courage, leur détermination, leur force ! – ces deux images…

4750Photograph: Santi Palacios/AP

5472Photograph: Ameer Alhalbi/AFP/Getty Images

La première est prise au large de la Méditerranée, à 13 miles des côtes libyennes. Les hommes dérivent sur une embarcation plus que précaire : le canot pneumatique est troué, et s’il flotte encore c’est parce qu’il reste un peu d’air coincé entre les plis. Ils ont des gilets de sauvetage mais savent-ils nager ? Si on arrive à les sauver, quel accueil leur réservera-t-on sur une Europe débordée par le problème migratoire ?

La deuxième vient d’Aleppo en Syrie. Deux jours avant le traité de paix, et les accords négociés par la Russie et les Etats-Unis, les rues de la ville sont bombardées. A qui la faute ? La coalition internationale ciblait un groupement de l’armée djihadiste. Ils auraient finalement touché des militaires syriens.

Un théâtre de violence.

Je n’ai pas la prétention de pouvoir changer le monde. Je ne sais de ces « problèmes » que ce que je peux lire dans la presse et entendre à la radio, voire des images diffusées lors des journaux télévisées. Je me souviens de la première fois où j’ai vu ce genre d’images : c’était après le 11 septembre, après la chute des deux tours. Quand les Etats-Unis ont envahi l’Irak, et que les lits des hôpitaux se remplissaient de blessés irakiens. Mon grand-père m’avait dit de fermer les yeux mais je n’ai pas pu. Je voulais comprendre. Pourquoi avait-on fait s’écraser des avions dans des tours dont je n’avais pas idée de l’existence jusqu’à présent ? Pourquoi donc ces hommes, ces femmes et ces enfants saignaient et criaient pleuraient ? Je me souviens avoir entendu mon grand-père horrifié : « Je ne comprends pas, le monde devient fou… »

Et ce n’était que le début d’un conflit de plus…

Tristes reflets du monde dans lequel j’ai grandi que ces deux photographies qui dénoncent encore une fois des conflits qu’on ne parvient pas à résoudre. J’entends parler de politique migratoire, d’enjeux politiques, de stratégies militaires, de montée du terrorisme. Mon pays souffre de cette violence depuis près de deux ans maintenant, mais ce n’est pas le seul. Je peux compter bien plus de jours sans tragédie nationale que ces Africains et ces Syriens, Libyens qui traversent la Méditerranée pour tenter d’offrir une vie meilleure à leurs enfants. Peut-on les blâmer si l’économie de leur pays s’effondre ? Si du ciel pleuvent des bombes ? S’ils cherchent tout simplement à atteindre une terre où ils n’auront pas à respirer la poussière et pourront arrêter de survivre pour réapprendre à vivre ?

Il paraît difficile de raisonner avec clarté, de ne pas se sentir affecté émotionnellement par ces situations inhumaines… Nos politiques, nos gouvernements, nos organisations internationales sont composés d’hommes et de femmes aux positions et aux fonctions les rendant capables de chercher des solutions et d’agir pour le bien de tous. Si aucune pédagogie délivrée par des écoles ne prépare à des flux migratoires sans précédent et à des guerres qui n’en finissent plus, on aurait tout de même tendance à penser qu’ils prendraient de bonnes décisions sur le plan humain. Ce sont pourtant les enjeux géo-économiques de chaque nation, les clivages de tension entre la Russie et les Etats-Unis qu’on observe dans le monde depuis la guerre froide qui dominent. Sans compter sur l’influence grandissante des parties extrémistes, et les remarques racistes qu’on entend ici et là. Le migrant devient responsable de tous les maux qui existent sur Terre, tout comme les Allemands avaient pu accuser les Juifs pendant la seconde guerre mondiale… Les différences religieuses s’emmêlent et le monde est à feu et à sang. C’est un terreau parfait, le contexte idéal et inespéré pour des radicaux religieux qui n’attendent qu’une chose : semer la mort et la terreur.

Que faire pour demain ?

Encore une fois, je ne maîtrise pas tous les tenants et les aboutissants de ces conflits. Le monde va mal depuis plusieurs années, et des améliorations semblent difficiles à percevoir… Se pourrait-il que le Malin soit descendu sur Terre et qu’il saccage tout ? Il y a des choses intéressantes dans l’Apocalypse : les catastrophes naturelles, les guerres, les famines, la sécheresse et autres réjouissances qui nous attendent pour punition d’un monde corrompu. Lorsque je vais voter pour un président en 2017, il ne s’agira pas simplement de choisir quelqu’un de bien et de bon pour la nation, mais quelqu’un capable de proposer des solutions pour le monde. Parce qu’il ne s’agit plus simplement de regarder ce qui se passe dans nos rues, mais de voir ce qui se passe dans le monde. Quelqu’un qui saura changer notre regard sur les étrangers et qui apportera un peu d’humanité chez des hommes et des femmes qui réfléchissent aujourd’hui à rétablir un équilibre pour des pays qui ne connaissent pas la démocratie. Des pays que nous avons un jour colonisés et qui maintenant sont le théâtre de violences sans fin…

Je suis peut-être naïve mais je préfère garder l’espoir qu’un jour des fleurs jailliront des fusils et que nos différences ne seront plus synonymes de haine mais de richesses à partager. Pour que les frontières ne soient pas des murs qu’on cherche à restaurer mais juste des lignées d’arbres offrant une nouvelle oxygène à nos nations.

Image à la Une : Mohammed Huwais/AFP/Getty Images
Photographies provenant du site The Guardian.

Publicités

4 commentaires sur “Clichés d’un monde à la dérive.

Ajouter un commentaire

  1. Je crois qu’il faut garder espoir, coute que coute ma belle. Il ne faut pas fermer les yeux mais regarder la violence en face (elle est inhérente à l’homme), l’accepter pour mieux pouvoir la transformer.
    Ces scènes de notre quotidien sont atroces. Mais c’est au milieu des conflits les plus terribles, que la lumière jaillit encore plus forte.
    Je t’embrasse.

    Aimé par 2 people

    1. C’est parce que je ne veux plus fermer les yeux que je choisis d’écrire des articles plus « engagés ». « C’est au milieu des conflits que la lumière jaillit », je ne peux qu’être entièrement d’accord, je n’aurais pas su dire mieux. Merci d’avoir réagi au premier article de ce type, Douce Marie. Je t’embrasse, toi et le petit escargot.

      Aimé par 2 people

  2. Helle Sweetie!
    Celui que Tu appelles le Malin serait-il Lucifer,Satan?
    Il est appelé ange déchu,non? Ange…

    Je T’invite à lire le livre de Job, Toi qui a la Bible comme livre de chevet : rien n’est fait contre Job sans que la permission soit demandée à Notre Père, ce qui pour moi signifie que celui que nous nommons déchu est toujours au service.
    Tout comme Notre Père, j’éprouve un Grand Amour pour cet Ange qui a choisi de plonger au plus profond des ténèbres, de nous y accompagner afin que la Lumière les éclaire.
    Nous ne pouvons rien pour changer les personnes, leur regard,calmer leurs peurs,vaincre leurs désespoirs…Nous pouvons agir sur nous,uniquement. Une personne à la fois et le monde humain changera.
    C’est aussi ce que nous dit Jésus.
    Il y a quelques années, j’ai découvert qu’il n’y a que deux sentiments/émotions/état d’être : la Peur et l’Amour.
    La Peur se décline sous plusieurs formes : la peur de ne pas être aimé,la peur de ne pas être vu, la peur de ne pas être accepté….
    Dans l’Amour il y a le respect (de Soi, des Autres), l’Acceptation,l’Abandon (à ce qui est, à Dieu…).
    Ce que Tu peux faire, c’est T’Aimer,Te respecter,dans ce qui est appelé faiblesses et forces,positif et négatif.
    Ainsi le regard change,la façon de vivre, ainsi Tu deviens une invitation vivante,vibrante à vivre autrement.
    Certains Te fuiront,certains voudront se nourrir de Toi (ce qui ne sera plus possible),certains voudront connaître ce changement.
    Surtout ne pas confondre Foi et Religion. Si Tu regardes, Tu verras qu’en Religion Jésus est représenté sur la croix : hors Jésus est ressuscité,glorieux et c’est là son cadeau.
    NOTRE Père a T-Il dit et répété : NOTRE pas MON.
    Du point de vue humain, il a vécu dans une solitude immense,même au milieu de ses disciples.
    A chacun de choisir de quoi il veut être participatif : en étant au milieu de nous, Jésus a choisi d’être participatif… d’Autre Chose.Il était engagé, mais pas dans la guerre,dans la douleur (bien que parfois il souffrait aussi, peut-être même constamment quand il était au milieu des humains)
    Il nous a démontré que nous sommes bien plus que de pauvres petites choses.
    DANS ce Monde, pas DE ce monde…

    Je T’embrasse, Chère Ange

    J'aime

    1. Je trouve ton commentaire très intéressant et j’essaie de comprendre, je le dissèque pour ne rien oublier, pour trouver une réponse à la hauteur de tes mots.
      La foi est nouvelle pour moi – disons alors dans le sens qu’elle a toujours été en moi et que je la laisse s’exprimer. Je ne suis pas familière de la figure de Satan, j’essaie de lire des passages qui le concernent directement pour savoir d’où il vient, pourquoi il est l’ange déchu et comment fait-il pour nous inspirer des actes malicieux.
      Quant à Jesus, c’est pour moi une source d’inspiration éternelle, l’incarnation de l’Amour au milieu de nous. J’aurais aimé être à ses côtés quand il prêchait. Si tu lis l’article Holy Night, j’y mentionne la vision que j’ai eu de lui. Il a souffert, incarnant l’homme pécheur et il nous a offert la reconcilaition avec Dieu. Sa résurrection est le signe de l’Espoir, de l’Amour ultime. Il est pour moi le Chemin, la Lumière, la Vérité et tout ce qui pourra m’insufler de forces dans mes faiblesses. Je souhaite aider à répandre ce qu’il nous enseigne autour de moi, c’est ma façon de participer au monde que nous pouvons créer.

      Encore merci pour ton commentaire, je vais lire Job 😊 je t’embrasse !

      J'aime

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :