Sur ces deux clichés pris à plusieurs mois d’intervalle, il y a comme un sourire dessiné sur sa bouille poilue. On pourrait me dire que je fais preuve d’anthropomorphisme et que je transfère une émotion humaine chez un animal de compagnie – mais qui a dit que les animaux ne ressentaient rien ? Qui a dit qu’ils étaient incapables d’exprimer quoi que ce soit ? Si vous marchez malencontreusement sur la queue d’un chat, vous l’entendrez couiner. Et croyez-moi, ce genre de son transmet bien une émotion, une douleur, une réaction.

img_2678

12496095_10208296563790774_4388014528657081588_o
Je vous laisse admirer son sourire d’ange, et ses yeux doux 🙂

Fluffy est un rien taquin, il se cache bien souvent dans un coin, ou alors sous une couverture, et tout doucement sortira rapidement une patte pour vous surprendre. Il est impossible de se rendre à la cuisine sans qu’il ne vous suivre, certainement pressé d’engloutir son prochain repas. Quand je suis dans la salle de bains, il se poste devant la porte, comme s’il montait la garde : assis, le buste droit, le regard fixe.

Il met des poils partout, il saute partout, il sursaute à chaque bruit qui résonne et s’enfuit dès que j’invite quelqu’un à la maison, il miaule et couine et respire fort. Il apporte des souris en pleine nuit qu’il cache sous le tapis de la salle de bains ou qu’il dépose à côté de mes chaussons. Il s’allonge à côte de moi – et bien souvent sur moi – en se laissant tomber de tout son poids sans se soucier de ce que je fais, ni de la place qu’il prend : il ne s’allonge pas à mes pieds mais entre mon épaule et mon cou, ou encore au-dessus de ma tête sur les coussins. Hier soir, il a posé sa patte sur mon épaule alors que je venais de m’installer sous la couette pour lire ; j’ai bien dû me rendre à l’évidence, poser mon livre sur le côté et l’allonger sur mon ventre : il n’aurait su trouver de moyen plus évident de demander un moment de câlins et de ronrons.

Il me fatigue parfois à me suivre partout, mais c’est un chat qui cligne des yeux quand il me regarde, qui se frotte contre mes jambes et qui vient ronronner dans mon cou. Je ne me sens jamais seule avec lui, et rien que de sentir son poil soyeux et chaud, je me sens mieux.

Publicités

6 réflexions sur “Les sourires de Fluffy.

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s