Je n’y étais pas allée depuis plusieurs mois. Je n’osais pas franchir le seuil de l’église. Je n’avais pas honte. Je ne voulais pas être un poids pour eux. J’avais peur de déranger, d’être rejetée. Je me suis rendue aux répétitions de la chorale et la joie que je ressentais à chanter avec eux était si forte que j’ai voulu aller jusqu’au bout : cette représentation pendant un des services du dimanche, deux chansons à assurer. J’ai été encouragée à revenir. Je suis arrivée le cœur battant très fort et avec cette envie de me faire toute petite, voire même de repartir. Je me suis fait violence : ils comptaient sur moi pour chanter, et c’était important que je le fasse. Je suis partie rapidement, à la fin du service après avoir salué tout le monde, après avoir échangé quelques effusions avec des personnes que je n’avais pas vues depuis plusieurs mois, après avoir fait le plein de sourires et d’encouragement pour les projets à venir.

Il y a ce trouble qui plane… Regard fuyant. Sourire discret. La distance se fait sentir très vite. Nous nous sommes quittés sur des questions laissées sans réponse, sur des confidences maladroites, sur des silences très lourds. Nous nous serons dit bonjour et c’est tout.

Ma décision de ne pas sacrifier l’amour et l’amitié d’un homme me fait « vivre dans le péché ». Le baptême m’a été refusée et je ne me fatiguerai pas à me battre contre une autorité que je respecte même si je ne suis pas d’accord. Je ne me fatiguerai pas non plus à justifier cette relation avec un homme qui un jour a ouvert les bras pour m’accueillir, moi, blessée, au fond du trou, perdue et prête à mourir. Cet homme-là m’a ouvert la voie vers la guérison, cet homme-là m’a offert l’amour, cet homme-là m’a permis de laisser grandir ma foi. Pourquoi y renoncer ?

Je me suis tenue à l’écart tout l’été. J’ai été claire sur mes intentions pourtant. Je n’ai pas menti. J’ai refusé de choisir entre un homme et Dieu tout simplement parce que ce choix est impossible. Cet amour que nous partageons, aussi surprenant soit-il, est un amour tendre et amical, fait de confidences et de longues conversations, de découvertes culturelles et de gourmandise, d’une complicité respectueuse. Il est cet homme que je ne cherchais pas, mais que j’ai rencontré, au hasard d’un couloir et qui m’a offert de voir comme la vie est belle malgré les épreuves parsemées sur notre route.

J’ai pourtant espoir qu’un jour tout aille pour le mieux, qu’une solution soit trouvée, qu’il n’y ait pas de jugement hâtif, et que le pardon s’il est nécessaire soit accordé. Ma foi est intacte, si ce n’est plus forte encore. Il faudra faire preuve d’un peu de patience, comme pour toute situation difficile.

Source image : http://www.centerbranch.org/prayer/

Publicités

7 réflexions sur “De la patience dans le trouble.

  1. Pour moi il n’y a pas de choix à faire Julie, nous en avions discuté je crois.
    Dommage pour le baptême. Mais ce n’est que partie remise. Dieu t’aime telle que tu es.
    J’avoue que j’ai du mal avec le manque cruel de tolérance et de respect de ces personnes. Je sais je suis radicale dans mes propos. Mais cela me choque cruellement Julie.
    Dieu est amour ne l’oublie jamais…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est la réaction d’un homme qui a des responsabilités – et je ne lui en tiens pas rigueur, je comprends sa position et j’accepte son discours même si j’aimerais qu’un certain dialogue soit restauré pour avoir la chance de lui expliquer plus de choses -, dans le temps à mon égard et à notre égard, qui ne souhaite pas s’engager plus auprès de nous parce qu’il ne nous reconnaît pas comme membres… et donc ne souhaite pas non plus nous imposer le sacrifice de notre relation.

      C’est donc difficile pour moi parfois de me sentir acceptée, de pouvoir m’activer plus auprès d’eux. D’autres personnes, conscientes de notre situation se placent différemment, peuvent prendre le temps d’éviter un jugement hâtif et tentent de communiquer, de comprendre comment notre relation fonctionne pour justement ne pas nous juger et ne pas se tromper sur nous.

      Ce qui m’attriste c’est que cette démarche dans cette communauté, et incluant Dieu de plus en plus dans ma vie, est une démarche individuelle. Je ne subis l’influence de personne, mais je suis encore perçue comme une personne faible… Habibi est un amour car il m’encourage à continuer, à ne pas faiblir dans ma foi, et à rester disponible pour cette communauté selon ce qu’il m’est possible de faire. Il ne porte aucun jugement sur la situation. Il aimerait que ça se passe différemment, comme toi il trouve cela dommage pour le baptême. Et puis j’ai réalisé que ce n’était pas grave. Mes parents m’ont baptisée quand j’étais bébé et ma foi aura pris une vingtaine d’années à germer avant de fleurir dans ma vie.

      Dieu est amour, je ne l’oublie. Il me le prouve chaque jour.

      J'aime

  2. Bonjour…
    Je viens de tomber par hasard sur ce blog, qui fait très fortement écho à ce que j’ai pu vivre et vis encore. Et là, cet article. Je tombe des nues. Qui a osé te refuser le baptême ? Je suis catholique, convertie à 15 ans à Lourdes. J’ai eu la chance d’être baptisée bébé, mais, s’il y a bien une chose que ces quatre dernières années de formation d’animatrice en aumônerie et en pastorale scolaire (mon futur métier) m’ont apprises, c’est que Dieu aime tout le monde. Et qu’on ne refuse pas le baptême à quelqu’un.
    En quoi ton « pêché » est-il plus grave que celui de la jeune fille qui se dispute avec ses parents, ou celui de l’homme qui est divorcé et qui, par amour de sa nouvelle compagne, a retrouvé Dieu ? Nous sommes tous égaux devant le Seigneur. Je ne sais pas qui est le prêtre à qui tu as fait ta demande, mais je ne comprend pas sa réaction. Si tu souhaites te (re)faire baptiser, et pouvoir communier, il est important – normal – que tu puisses pouvoir le faire.
    Dieu est tout Amour. S’Il t’a rappelée à Lui, qui sommes-nous pour nous mettre en travers de Sa volonté ? Autour de toi, certains semblent oublier que avant tout, c’est Sa volonté, pas la notre, et que c’est toujours Lui qui nous appelle… C’est nous qui ne L’entendons pas.
    Voilà, c’était juste une réaction à chaud sur cet article, bien que je sois en train de lire les autres, celui-ci m’a faite bondir. Merci pour ce blog, remarquablement bien écrit, et ton histoire qui me fait frémir.
    Peut-être à bientôt…

    Iseulys

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Iseulys d’avoir laissé ce message empli de l’amour de Dieu.
      Depuis cet article, plusieurs conversations ont eu lieu avec ce pasteur qui n’est pas revenu sur sa décision. J’ai pu néanmoins comprendre un peu mieux pourquoi ce refus : à cause de mes choix de vie et de mon passé qu’il estime trop présent encore dans ma vie, il ne veut pas me reconnaître comme membre à part entière de sa communauté. Et tu sais quoi ? J’ai été en colère, j’ai senti une profonde injustice, mais Dieu ne m’a pas quitté. J’ai été baptisée bébé et je m’en contenterai pour l’instant. J’estime que Dieu a attendu que je lui ouvre mon coeur, alors j’attends de rencontrer les bonnes personnes avec un nouveau baptême sera possible.
      Merci d’avoir réagi et d’avoir su trouver des mots qui reflétent ma pensée. Merci les compliments sur ce blog que j’essaie d’écrire avec douceur, bienveillance et amour.
      A bientôt, j’espère.

      J'aime

  3. La Foi c’est savoir que Dieu Nous AIME.
    La Religion c’est savoir que Dieu est vindicatif.
    La Foi c’est savoir que Dieu ne juge pas.
    La Religion c’est savoir que Dieu nous punit (donc juge).
    Foi et Religion, ne pas confondre.
    Pas besoin de baptême : si Tu Es sur cette Terre, c’est parce que Tu es Bénie.
    Comme chacun(e) de nous.
    Dire que vivre l’Amour est inacceptable, ce n’est pas Divin, je dirai même que c’est rejeter Dieu qui est Amour.
    Qui a besoin d’être baptisé par l’humain quand on se sait béni de Dieu?
    Si Tu tiens vraiment à être baptisée, danse sous la pluie ou demande à des personnes qui vivent le Foi hors religion.
    Il a un message pour Toi : »Va en Paix et sache que Je Suis Dieu ».
    C’est une phrase qui me vient à chaque fois que je pense à Toi ou que je T’écris. C’est dit.
    Une petite réflexion : si la religion (catholique en l’occurence) vivait Dieu, son message d’Amour, crois-Tu que le monde se vivrait dans autant de douleur?
    As-Tu besoin de l’aval de personnes qui parlent d’Amour mais ne le vivent pas?
    Dieu T’Aime et il T’a envoyé Habibi, tout comme Tu as été envoyée à Habibi : Vous déposez l’Amour amplifié parce que Vous êtes deux : crois-Tu vraiment qu’Il n’est pas en accord avec cela?
    A Toi de choisir : Dieu ou les religions qui servent à manipuler c’est là le choix qu’il T’est proposé.
    J’ai choisi il y a des années…sans jugement envers les religions : des personnes en ont besoin, elles ont leur utilité.
    Ceci dit toutes parle d’Amour et de respect de l’Autre….

    Bizzz!!!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai cette phrase en tête à présent « Dieu est Amour, il est Protecteur et il est l’Ami fidèle ». Comme tu dis, je n’ai pas besoin d’être baptisée par une autorité religieuse, et j’ai de nombreuses fois marché sous la pluie en pensant que l’eau était un cadeau bienfaisant du Ciel !
      Merci pour tes mots bienveillants, pour La Lumière qui te touche et que tu partages. Je suis heureuse qu’on puisse échanger ainsi, dans notre liberté d’aimer Dieu et la vie, de l’embrasser dans toute sa complexité et sa simplicité. Je t’embrasse bien fort !!

      J'aime

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s