Un mot, une phrase, un paragraphe. Et c’est tout un article qui se développe, une énième publication sur le blog. Après plusieurs années de blogging entre les blogs avec les copines pendant les années lycée et les blogs plus personnels qui tendaient à la création de ce nouvel espace que j’utilise aujourd’hui, c’est le même petit frisson quand il s’agit de publier l’article, les mêmes questions encore sans réponse, les doutes qui s’immiscent.

Est-ce que c’est bien écrit ? Est-ce que j’ai tout dit ?
Mon article sera-t-il apprécié ? Et si j’avais été maladroite ?
Et si on n’était pas d’accord avec moi ? Comment gérer des commentaires « méchants » ?
Et si on ne le lisait pas ? Et si on ne commentait pas ?

Quoi qu’on puisse en dire, la sélection des plateformes relayant nos blogs nous attire, et le nombre d’abonnés qui grandit peut nous faire sourire. Pas parce qu’on aspire à une certaine notoriété, mais plutôt parce qu’il nous paraît important d’être lu. Si certains et certaines gardent l’anonymat, tous et toutes confions un peu de nous dans la blogosphère, posons des questions parfois, confessons des tranches de nos vies douloureuses, partageons nos créations. Les petits « likes » et les commentaires ne sont que récompenses à ce temps dédié à l’animation de notre site qu’on chouchoute comme une partie de soi.

 J’aime quand un de mes articles est sélectionné, j’aime quand je vois quelques abonnés en plus. J’aime quand les statistiques sont plus importantes pour certaines journées. Et puis je vois les courbes retomber, comme un soufflé qu’on sort du four. Les chiffres reviennent à la normale, et c’est très bien comme ça aussi. Si être lu est important, pouvoir échanger, créer une « conversation » entre internautes, animer un débat même parfois est encore plus palpitant. La sélection, les visites nombreuses, les « likes » nombreux ne garantissent pas forcément des commentaires auxquels on puisse répondre, offrant à l’article une vie plus longue.

img_2689

La valse des blogs.

C’est une danse quotidienne infernale. Un nouvel article remplace le post précédent, une nouvelle sélection est faite. Que deviennent ces mot publiés la veille ? Les oubliez-vous ? Ce dont vous parliez, ce que vous avez pu lire, est-ce que ça compte encore ? Qu’adviendra-t-il de tout ça ? Il paraît que le temps fuit et que les mots restent. Je sens pourtant que les mots se font volatiles, victimes de ces fils d’actualités enivrants et bien trop longs que nous avons sur les réseaux sociaux, victimes de l’instantanéité de nos vies connectées. Tout ne serait donc qu’éphémère ?

J’ai dû partir pour me distancer de tout ça : c’est tellement tentant de se laisser griser par les sélections, par la « popularité », par le « succès » de son blog qu’on en oublie parfois pourquoi on est là. J’ai dû partir pour comprendre quelle utilisation je voulais faire de ce précieux outil de communication et de partage que l’ère technologique nous offre. J’ai voulu exercer ma liberté d’expression différemment. Je réduis mon fil d’abonnés pour m’offrir le temps de lire vos billets respectifs, tentant de trouver quelques mots pour vous laisser une trace de mon passage. Et je remercie celles et ceux qui décident de suivre ce que j’écris. Je ne suis pas forcément abonnée à vos blogs, et je m’en excuse. Je respecte néanmoins ce que vous faîtes, les thèmes que vous abordez, et je vous encourage à continuer, à écrire pour vous et pour celles et ceux qui vous lisent. La blogosphère est une grande famille, on ne peut pas parler avec tout le monde, ni s’entendre avec tout le monde. Il est important néanmoins d’avoir du respect pour chacun.

Bienvenue chez moi.

Je fais de ce blog le reflet de ma vie, un vrai melting-pot, un mélange de pensées et de réflexion, un lieu empreint le plus possible de douceurs et de tendresse. Et de Foi. Parce que c’est ainsi que je vis depuis plusieurs mois. Au rythme des saisons, au rythme des humeurs et des émotions, traversant le monde et ses actualités violentes le cœur gros, tentant alors de faire la différence par des petites actions autour de moi, et par des articles parsemés ici. Mon blog ressemble à mon appartement : un petit bazar, un mélange de couleurs, des photos et des mots. Et de la place pour respirer, pour sourire et se ressourcer.

Je ne vous demande peut-être pas assez si ça vous plaît.Il s’agit d’écrire, de partager ce que j’ai pu lire, vivre ou penser, de nourrir ce lien qui naît entre nous en vous offrant une porte donnant accès à mon monde. Je vous raconte mon parcours, mes projets. Ce blog est comme un reflet… me le diriez-vous si vous n’aimiez pas ?

Publicités

6 réflexions sur “Mon blog, comme un reflet.

  1. Je me pose aussi souvent les mêmes questions, et puis je me dis que mon blog est mon espace, est ce que vraiment on demanderait à nos invités si notre appartement leur plait, si ils veulent rester ou partir? 🙂
    Notre blog, nos mots, sont le reflet de notre personnalité, si ce n’est pas le cas, c’est que notre blog est fait pour être autre chose : un outil marketing par exemple. Chacun fait de son blog ce qu’il a envie de faire et c’est bien cela l’intérêt.
    Bises

    Aimé par 2 people

    1. J’en viens souvent à la même conclusion, en pensant qu’après tout mon blog est mon blog et j’y fais ce que je veux. Il me parait juste important de penser que ceux qui sont susceptibles de lire les articles peuvent avoir différentes réactions, et j’essaie dans la mesure du possible de faire preuve d’ouverture d’esprit et de douceur.
      Merci d’avoir partagé ta propre pratique du blog. Bises 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Après moult interrogations, remises en question variées depuis que je blogue, j’en arrive à la conclusion que ce petit chez nous doit nous plaire avant toute chose. Si les gens lisent et laissent quelque mot, c’est que ce que nous écrivons leur parle. Vouloir faire plaisir aux autres nous fait souvent dériver. Et pour se reconnecter à soi c’est toujours un peu compliqué.
    La course au lectorat je suis passée par là. Tout comme l’envie (ou plutôt le besoin) de faire comme les autres.
    J’ai l’impression que mon blog est devenu un parfait thermomètre de mon bien-être. Quand je sens le besoin de reconnaissance gagner du terrain, je comprends qu’il est temps de lever le pied et de revenir à moi. C’est que quelque chose cloche à l’intérieur, que mon amour propre est au plus bas. Alors je m’éloigne sur la pointe des pieds. Pour revenir avec mes mots car seuls mes mots comptent au final.
    Merci de partager ta réflexion avec nous Julie. Sois toi même avant tout.

    Aimé par 3 people

    1. C’est ça, on se perd quand on veut faire plaisir, on perd l’essence de notre écriture, et on s’éloigne de nous-même. Parfois les articles qu’on peut lire chez les autres et les retours qu’on en lit peuvent susciter chez nous l’envie de faire la même chose, d’atteindre le même succès. Et ça peut devenir malsain…
      Et puis parfois les écrits des autres nous inspirent également, et alors l’échange dans la blogosphère prend une autre dimension, la possibilité d’avoir certains articles en commun. Comme ces thématiques que tu peux nous proposer, qui nous permettent de travailler notre plume sur des sujets communs 😉
      Merci de partager ton parcours avec nous. Merci d’être revenue surtout et de nous offrir ta belle plume.

      Aimé par 1 personne

  3. Très bel article, j’ai vraiment accroché sur le choix de l’image 🙂 Je sais pas pourquoi mais elle me semble tellement parfaite par rapport à ton article, bravo!
    On ressent bien la « danse » entre le succès et l’envie, la remise en question.

    Bravo encore et oui on aime ton « petit bazar »!

    Aimé par 1 personne

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s