Changer sa couleur de cheveux, et se sentir mieux.

J’avais 17 ans, je quittais le lycée un bac littéraire mention bien en poche. Je vivais ma première amourette, ma première fois sexuelle avec un garçon de 4 ans mon aîné qui n’en aurait qu’après son propre plaisir pendant nos dix mois de relation, mettant sous couvert mon petit coeur brisé qui fantasmait depuis deux ans sur un homme inaccessible qui deviendrait mon amant un an plus tard. Je courais à la catastrophe… Et un jour, en poussant la porte d’un salon « Tchip Coiffure », j’ai demandé à ce qu’on me coupe les cheveux courts. Très, très courts. Avec les boucles longues tombaient mes premières résistances, s’ouvrait un long chemin jonché de lourdes pierres à déplacer, de petits cailloux qui se logeaient dans mes bottes vernies, des torrents de larmes bordaient ce chemin, et je plongeais dans un lac de solitude avant de voir le soleil se lever au dessus du brouillard.

Je mets toujours du temps à me décider avant d’aller au salon de coiffure. Ce n’est pas juste une histoire de coupe, de couleur, d’effet… c’est un symbole de ma féminité auquel je touche, féminité d’abord source de honte et de peur devenue peu à peu une terre à conquérir, une part de mon être à chérir. Mes cheveux, blonds comme les blés au temps de l’enfance, qui ondulent sur mes épaules, bouclés et volumineux dès que le vent se mêle à la pluie, changent de couleur plus les années passent, le blond laissant place à un châtain clair aux reflets parfois roux…

Ce ne sont que des cheveux, pas de quoi écrire une dissertation. N’avez-vous jamais lu Un hémisphère dans une chevelure de Charles Baudelaire  ? Le voici, ce texte empreint de romantisme et de spleen comme seul cet écrivain torturé pouvait le produire, où les thèmes de l’amour, du voyage et du souvenir sont liés par la chevelure de la femme aimée.

  Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l’eau d’une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l’air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j’entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l’âme des autres hommes sur la musique.
Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l’espace est plus bleu et plus profond, où l’atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
Dans l’océan de ta chevelure, j’entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d’hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l’éternelle chaleur.
Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d’un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
Dans l’ardent foyer de ta chevelure, je respire l’odeur du tabac mêlé à l’opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l’infini de l’azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m’enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l’huile de coco.
Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.

Il y a quelques jours, plantée devant le rayon « beauté » du supermarché, j’ai posé mes yeux sur les colorations. J’ai senti une pointe d’excitation, un désir nouveau, un chatouillement. J’avais déjà fait à plusieurs reprises des mèches pour éclaircir mon blond, comme si je courais après les souvenirs d’enfance légers et sucrés. J’attendais le bon moment pour leur sourire et leur faire un signe de la main. J’ai déménagé il y a trois mois, j’ai commencé à reprendre un petit hôtel particulier en mains – et malgré le stress, les doutes, les nombreuses interrogations, je me sens chez-moi et je ressens un grand plaisir à exercer ce métier ! -… c’était le bon moment.

Habibi a souri. Il n’a presque rien dit, à part ce « You really look pretty ». Le reste, c’était dans ses yeux. Les étoiles qui y brillaient, le sourire un peu taquin que j’aime aller effleurer sans dire un mot. Et puis il y a vos réactions, qui réchauffent le coeur, comme si vous étiez le long de ce chemin et que vous scandiez « Allez, vas-y, n’aie pas peur, tout ira bien ! »

Une nouvelle couleur pour un nouveau regard. Se réconcilier avec soi-même, se sentir libérée et libre. Sourire devant le reflet dans le miroir, amusée et conquise. Se ravir de la réaction spontanée des uns et des autres, rougir devant les compliments chaleureux. Dire « oui, oui, oui ! » aux lendemains emplis de promesses.

Publicités

13 commentaires sur “Changer sa couleur de cheveux, et se sentir mieux.

Ajouter un commentaire

  1. On dit souvent qu’une nouvelle coupe, une nouvelle couleur annonce un changement. J’en suis convaincue. C’est comme si on quittait un état pour un intégrer un nouveau. C’est une façon de dire, de se dire, je suis une nouvelle femme. Bien entendu ça ne change pas tout mais l’énergie du changement est là et on se sent prête à relever les défis quel qu’ils soient.
    Cette couleur te va très bien et donne un ton plus lumineux à ton visage Julie. Bravo! Oui Bravo pour ce chemin de vie parsemé d’embûches mais sur lequel tu progresses avec foi et amour. Bravo du fond du coeur et que ta route à partir d’ici soit de plus en plus douce et légère, harmonieuse et joyeuse, petit à petit délestée du poids du passé.

    J’ai souvent changé de coupe de cheveux, le court est ce qui ma va le mieux. Mais pendant mon mariage je m’étais laissé pousser les cheveux, il trouvait que c’était plus féminin et plus adapté pour une femme. Je ne partage pas cet avis mais je l’ai partagé pendant 4 ans! Trois semaines après mon retour j’étais chez le coiffeur pour un carré. Deux semaines après la naissance de l’escargot je retrouvais ma coupe courte – l’unique coupe qui me donne cette impression d’être authentique et libre!

    Je t’embrasse et t’envoie mes plus affectueuses pensées pour cette journée et celles à venir.

    Aimé par 3 people

    1. Nous partageons ce cheminement de soi vers soi, avec ce lien par rapport à nos cheveux. C’est un symbole d’émancipation, la liberté retrouvée, celle de faire un choix pour soi selon ce qu’on désire et non pas selon ce qu’un autre souhaite pour nous.
      Pour cette journée et celles à venir, je souhaite que toi aussi une douce et chaleureuse lumière vienne t’éclairer et te nourrir ❤

      Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai, tu es radieuse !

    Et c’est vrai, changer quelque chose sur ces cheveux est très symbolique.

    J’ai changé du tout au tout avec D. pour me plier à son image. Pas très réussi.

    Quand je l’ai quitté, j’ai recommencé les couleurs, mais celles que je voulais. J’adore les reflets roux !

    Et puis, il y a un an, pour notre déménagement en Provence, grosse étape dans notre vie, je suis repassée chez le coiffeur pour quelque chose de nouveau. Et très réussi !

    Aujourd’hui, je n’y touche plus ! Je me sens bien, je me corresponds :).

    Je te souhaite une belle période de vie avec ces cheveux plus foncés qui te vont à ravir !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour les compliments qui me vont droit au coeur. Je suis ravie que tu te sentes bien aujourd’hui, et que tu aies pu toi aussi retrouver la liberté de faire des choix pour toi-même sans qu’on ne t’impose rien 🙂

      J'aime

  3. Tu me redonnerais presque envie de me faire une couleur, moi qui les ai bannies de ma vie depuis plusieurs années maintenant 😉
    C’est rigolo, mais je me faisais la même réflexion ce matin, si ma vie venait à vaciller j’irais probablement chez le coiffeur, que j’évite soigneusement depuis 1 an et demi, pour faire une coupe radicale. Repartir sur d’autres bases, renaître. On te sent enjouée, ça fait plaisir !

    Aimé par 1 personne

    1. D’ordinaire, je vais chez le coiffeur 1 à 2 fois par an, pour une coupe parce que mes boucles s’abîment sur la longueur – là, c’est un choix personnel qui surprend, qui fait sourire pour marquer ce début de nouvelle vie 😊
      Je te souhaite d’éviter que ta vie vacille ou alors qu’elle vacille dans le bon sens, si possible !!
      Je suis enjouée mais assez réaliste face aux difficultés que je rencontre et au stress qui en découle. Là encore, le yoga et la respiration, ça aide !

      J'aime

        1. C’est malheureusement très calme mais j’ai des petites choses à faire – et Habibi est là, il fait beau donc on peut passer du temps ensemble. Ce n’est pas encore le rush, la saison démarre doucement !

          J'aime

  4. Je comprends le besoin de changement parce que suis en plein dedans, j’aurais envie de refaire toute ma garde-robe si financièrement je pouvais me le permettre, avoir une nouvelle coupe, tourner la page sur des amitiés (encore), essayer de trouver l’amour (oui oui…), comme dit Marie, ça n’arrange pas tout. Mais ça donne une autre dynamique dont on a besoin parfois pour repartir sur de nouvelles bases. Même mon chez moi est en mode « je change tout » rien de transcendant, mais assez pour me donner l’impression que j’ai d’autres souvenirs à trouver et vivre. Et les cheveux halala… depuis que j’ai vu ta couleur, elle me poursuit. Aucune identité sur ce coup-là la ptite Delph lol J’ai des cheveux blonds qui pareils deviennent plus foncés alors que j’étais blonde limite blanche petite et en plus il y a des cheveux blancs sur le haut de ma tête, ça donne un truc vieux qui ne va pas avec le contenu plus jeune de ma trombine intérieurement. Je crois que c’est aussi un peu la crise de la 40taine qui débarque…. Je n’ai jamais teint mes cheveux, la chose qui me freine, c’est que je n’entendrais plus ma ptite nénette me dire « c’est marrant tatie, on a la même couleur de cheveux, la même couleur de yeux ». C’est bête de se bloquer pour ça ^^ mais pourtant l’envie est là et à Monop’, j’ai fait un grand écart pour éviter le rayon :p parce que j’ai en plus peur de me rater. Même si je pense qu’une couleur un peu plus foncée sur du châtain clair ce n’est pas un grand risque mais quand même… faudrait pas finir orange comme Casimir lol Ca te va super bien en tout cas ❤ Gs bisous

    Aimé par 1 personne

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :