Chaque annĂ©e, c’est le mĂȘme Ă©merveillement. Je ne m’en lasse pas.

Hier, je marchais difficilement sur le chemin du Vieux ChĂąteau, en pensant au mot « Spring » : un ressort en anglais, mais aussi et surtout le Printemps. J’ai souri en me disant que comme un ressort au mouvement permanent, c’est au Printemps que la nature renaĂźt. Habibi Ă©tait lĂ , je lui souriais amoureusement – ce n’est pas pour rien que ce blog s’appelle « Petite Fleur Bleue », je suis une amoureuse rĂȘveuse et je lui souris souvent trĂšs naĂŻvement – et je lui ai fait part de ma dĂ©couverte linguistique. Je pointais les petites fleurs et les arbres du doigt, exprimant avec un sourire d’enfant le plaisir que j’avais Ă  ĂȘtre le tĂ©moin du cycle naturel des Ă©lĂ©ments qui nous entouraient.

Je faisais la grimace Ă  chaque pas parce que j’avais mal au dos, mais la caresse du soleil et l’air un peu chaud qui entrait dans mes poumons avaient une saveur exquise.

Aujourd’hui, je souhaite partager ces petits bonheurs qui n’existent qu’au Printemps et que CĂ©cile nous invite Ă  Ă©crire, Ă  parsemer comme des petits sourires sur la toile.

* Ouvrir la fenĂȘtre sans grelotter, laisser entrer le chant des oiseaux, surprendre la premiĂšre sortie des abeilles et des bourdons.
* DĂ©ambuler sur les premiers marchĂ©s touristiques, oĂč produits du terroir et d’artisans se mĂȘlent aux Ă©tals des fermiers bien contents de ne plus avoir les mains glacĂ©s.
* Le goĂ»t sucrĂ© de la premiĂšre glace dĂ©gustĂ©e sur la plage en osant tremper ses pieds dans l’eau encore un peu fraĂźche
* Le weekend de PĂąques, la chasse aux Ɠufs et les chocolats – et puis ce que PĂąques reprĂ©sente en tant que croyante, le sacrifice de JĂ©sus, la force de sa vie et de son amour.
* Le premier apĂ©ro en terrasse, les tapas Ă  partager entre copines et les confidences, les rires qui rĂ©sonnent longtemps encore aprĂšs qu’on se soit quittĂ©es.
* L’odeur de la pluie quand on vient de tondre le jardin
* Les fleurs qu’on se permet de cueillir pour un petit bouquet sauvage Ă  dĂ©poser sur la table du salon
* Les premiers rayons de soleil, les premiĂšres couleurs aux joues et les taches de rousseur, les vĂȘtements colorĂ©es plus lĂ©gers
* La premiĂšre nuit de camping : le sourire qu’on Ă©changera en sortant la tente du sac, en la montant ensemble, en y installant « la chambre » oĂč nous dormirons blottis l’un contre l’autre, bien au chaud dans nos duvets, heureux de se dire « l’hiver est enfin fini ».

13112946_10209270981790615_4362175694341187337_o

 

Publicités

11 réflexions sur “Les Petits Plaisirs du Printemps [DĂ©fi Liste]

    1. Il y a peut-ĂȘtre un livre qui te plairait, en anglais, « Silent Spring » de Rachel Carson. Elle a lancĂ© le mouvement Ă©cologiste dans le monde occidental, et elle parle du chant des oiseaux qui se taisent peu Ă  peu parce qu’ils disparaissent…

      J'aime

  1. Vivant en Guadeloupe,je ne vis pas ces saisons : j’aime la façon que Tu as de raconter,partager.
    Les oiseaux chantent toute l’annĂ©e ici, plus particuliĂšrement Ă  la saison des amours.
    J’aime regarder le nid de colibris se balancer en bout de branche : si on approche trĂšs prĂšs, on peut voir les oeufs mais si on se fait surprendre par les parents,ils dĂ©mĂ©nagent!
    Ici, il n’y a pas que les oiseaux qui chantent : il y a les grenouilles aussi! Des grenouilles arboricoles, qui nous bercent toute la nuit! J’espĂšre que Tu auras l’occasion de les entendre : on dirait des oiseaux.
    Je T’embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai surpris le « chant »nocture des grenouilles une fois pendant un sĂ©jour en Bretagne, c’etait un moment magique.
      La Guadeloupe ! 😍 j’aimerais tant y aller un jour ! Comment est la vie lĂ -bas ? Comment est la couleur du ciel ?

      J'aime

      1. Ma vie en Guadeloupe?
        Pieds nus Ă  longueur de journĂ©es, je jardine Ă  mains nues ce qui fait peur Ă  plus d’un, mais mĂȘme quand je rencontre une scolopendre, elle ne me fait pas de mal :c’est parce que je suis heureuse de chaque rencontre!

        Avec les personnes, c’est gĂ©nial : le tutoiement arrive aisĂ©ment, les rencontres sont faciles.
        Par exemple,si il y a un lĂ©gume ou un fruit qui m’est inconnu, je peux demander Ă  la personne se trouvant Ă  cĂŽtĂ© de moi Ă  ce moment lĂ . Non seulement j’apprends comment utiliser le vĂ©gĂ©tal en question, mais j’ai droit Ă  une belle rencontre et une recette de cuisine!

        Je dis toujours qu’en Guadeloupe, il est bien de se perdre : il y a toujours une personne ravie de nous renseigner et on dĂ©couvre plus que ce qu’on Ă©tait venu dĂ©couvrir.
        Quand on se promĂšne dans les rues,ou qu’on est sur la plage,dans un magasin, il y a toujours possibiltĂ© de faire une rencontre, de discuter avec quelqu’un.

        Le ciel est bleu,parfois un peu moins vif Ă  cause du sable du Sahara, comme en ce moment!
        Quant aux heures oĂč le soleil va Ă©clairer d’autres parties de la Terre,le ciel est parfois rouge,orangĂ©,parfois on dirait de l’or.
        Il arrive que tout l’air soit pastel, comme si on se promenait dans du rose ou du orange.

        En fait, la Guadeloupe est un archipel et la « base » de cet archipel est composĂ©e de deux Ăźles, reliĂ©es par un pont.
        Ce qui fait qu’on est vite dĂ©paysĂ© et en mĂȘme temps non.

        Les plages ont des sables colorés : blanc comme sur les cartes postales,rose léger(sable corail),noir (sable volcanique)
        Il suffit d’un coup de vent fort,de mer un peu secouĂ©e et la plage qui est situĂ©e prĂšs de chez nous change de physionomie.

        J’habite au pied de la SoufriĂšre,le sable de la plage (10mn en voiture) est noir.
        Il y a quelques annĂ©es, aprĂšs une petite tempĂȘte, la plage Ă©tait couverte de verre( poli par la mer) de diffĂ©rents coloris : j’avais l’impression de marcher au milieu d’Ă©toiles.

        RiviĂšres froides,sources chaudes,mer calme,mer avec vagues selon l’endroit de l’Ăźle oĂč on se trouve.
        Il y a des endroits oĂč quand Tu es dans la mer, Tu lĂšves les yeux et voit…des vaches! Ou des chĂšvres (ici on dit kabrit en prononçant le « T »!)

        Juste une anecdote Ă  propos du sable du Sahara : sans lui,il n’y aurait pas de forĂȘt amazonienne telle que nous la connaissons!

        Oui les prix sont Ă©levĂ©s, mais il y a toujours des fruits et lĂ©gumes qui poussent,des endroits oĂč on peut se servir, des personnes qui offrent…

        Quand Tu viendras, je T’hĂ©bergerai. Dans quelques mois : le temps que Tu prennes Tes marques au travail, que Tu puisses prendre des vacances, le temps que mon mari aille mieux (il a une maladie auto immune rare qui s’est dĂ©clarĂ©e il y a quelques mois, mais cela je Te le dĂ©velopperai par mail si Tu veux en savoir plus!)

        Autant Te prĂ©venir tout de suite : je suis du genre Ă  passer une heure Ă  regarder une goutte de rosĂ©e sur un brin d’herbe! Au fur et Ă  mesure que l’Ă©clairage change(soleil qui prend une place diffĂ©rente dans « mon » ciel), la goutte change de couleur aussi, brille,s’irise…

        Gros bisous, Soeurette!

        Laetitia

        Aimé par 1 personne

        1. Je suis dĂ©solĂ©e d’apprendre que ton mari est malade. Bien sĂ»r, sens-toi libre de m’en parler plus en dĂ©tails par email si tu ressentais le besoin de te confier Ă  quelqu’un.
          Je serais honorĂ©e de venir dans ton paradis – et je pense pouvoir contempler la beautĂ© de la Nature et de la CrĂ©ation aussi longtemps que toi.
          Des bisous tendres !

          J'aime

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s