Regard sur le monde et la société

Après l’espoir, le choc.

Samedi inquiet. Les mots sortaient de travers. La fatigue déformait mes traits. Qu’allons-nous faire ? Dimanche stressé. Caché sous un sourire. Traduit dans des gestes imprécis. Que se passerait-il alors ?

Le soleil caressait ma peau. Tu regonflais les pneus des vélos. Ils prenaient la poussière, là, reposant contre le mur. Je me suis mise à rire, tu t’es retourné vers moi et tu as ri à ton tour. Quelques minutes plus tard, je fermais la porte à clés, et sur nos vélos, nous avons dévalé quelques pentes après en avoir monté, respiré le parfum des premières fleurs de colza, senti l’air frais sur nos joues. Toi et moi, deux vélos, et le souffle retrouvé, un peu de sérénité.

J’y ai cru. Nous pouvions enfin faire la différence. Nous avions la possibilité de choisir un vrai changement. 

Je parle peu politique. Mes idées « humanistes » clashent avec un réel économique, financier, mercantile. Shudir Hazareesingh écrit que « la technocratie a usurpé la philosophie », je n’aurais pas su trouver d’autre formule pour exprimer ce que je pense depuis des années sans savoir comment le dire. J’avais tenté de faire la différence, apporter un autre regard en intégrant une école de commerce après ma formation littéraire. Une dame m’avait dit un jour « Vous avez perdu la tête, pourquoi faire une telle connerie ? ». Et bien, je voulais apporter un peu d’humanité aux chiffres, rappeler que derrière les bénéfices, les marchés financiers, il y aussi des hommes des femmes et même des enfants.

Je trouvais la tache difficile. Comment choisir une personne pour un poste aussi important ? J’avais trouvé mon candidat, fait mon choix. J’avais l’espoir que nous soyons prêts pour un vrai changement. Un vrai nouveau souffle, bienveillant, plus humain.

b28758c6c030bd32d2bf84e537cda8fa

Et le verdict.

J’ai cru pleurer. Et je n’en ai pas eu la force. Mon candidat n’est plus là. Rien n’est encore fait, et je ne me fierai certainement pas aux sondages : ils ont prouvé leurs limites lors des élections américaines… Entre le nationalisme extrême dont on connaît les dérives, et le capitalisme libéral réchauffé qu’on nous sert comme une grande nouveauté et qui viendrait écraser ceux-là même qui triment déjà, non merci… Je ne peux pourtant me résoudre à voter blanc. C’est beaucoup trop important…

Publicités

13 thoughts on “Après l’espoir, le choc.”

  1. Comme c’est complexe .. !

    Je n’ai pas voté au premier tour. C’était un choix délibéré.

    Je comptais ne pas voter au second, ou voter blanc. L’enjeu est terrible. Et c’est la phrase d’une amie qui m’a fait comme un électrochoc, hier soir : « Si elle passe, peut-être que tu n’auras pas le choix et que tu auras un enfant bientôt. » Cette fameuse question de l’avortement. Elle a touché un point sensible et j’ai pris toute la mesure de ce choix que je qualifie d’horrible, celui de ce second tour.

    Je n’étais pas choquée de la voir passer. Je l’attendais, dans le sens ou j’en étais sûre. Je vis dans un département pro FN …

    Je suis encore plus paralysée qu’au premier tour.

    J'aime

    1. C’est un choix difficile, horrible, et bien loin de représenter la majorité… Je m’attendais à ce que le FN soit présent – il est passé premier dans mon village natal – mais j’espèrais avoir un autre choix que le vote « sanction » au deuxième tour. Je voudrais pouvoir adhérer aux projets de la personne pour qui je voterai au second tour, mais ce ne sera pas le cas. Ce serait un vote contre ce que je ne veux pas, et non pas de ralliement. Ce qui pour moi vient fausser l’idée même de l’élection présidentielle au suffrage universel direct…

      Aimé par 1 personne

  2. C’est étrange, je ne sais pas si c’est l’âge ou l’état d’esprit du moment, mais j’ai voté pour celui de tête, alors même que mes idéaux m’appelaient à voter pour celui qui justement les représentait – face aux programmes, j’en ai trouvé certains utopistes – depuis quand ne le suis-je plus? Je crois qu’à un instant j’ai eu peur d’un tête à tête entre deux extrêmes. Alors j’ai voté « utile » comme on dit!

    J'aime

    1. Et personne ne peut juger ton vote, Marie. On peut se trouver las de tous ces débats et on fait un choix parce qu’il faut bien en faire un. Porter des utopies au réel malgré tout l’espoir et la force qu’on peut avoir peut se révéler très épuisant et parfois on abandonne.
      Que tes idéaux continuent de guider tes actes au quotidien, c’est déjà une belle façon de faire la différence 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Personnellement, je ne voterai pas car je refuse de jouer leur jeux qui nous resserve à chaque élection.On nous propose 2 choix qui sont autant terrible l’un que l’autre alors que nous avons un autre choix leur dire clairement Merde. Si le vote blanc était pris en compte, j’aurai voté pour leur dire merde mais ils ne nous laisse pas ce moyen.
    J’ai comparé les 2 programmes et je ne peux résoudre à voter utile car s’il fait ce qu’il dit, je ferai parti de la classe moyenne qui va morfler, mes enfants subiront des lois liberticides car nous avons choisi l’option C niveau éducation, que c’est la continuité du programme d’Hollande et que même si on repousse l’échéance dans 5 ans le même scénario se reproduira. Hors de question que je vote marine, elle est dangereuse et tout aussi liberticide que macron. Donc non je vote pas et si on me fustige sachez que l’on est en démocratie et que c’est mon droit 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Je ne peux pas donner d’avis : ce n’est pas mon pays et je me refuse à juger… Le barbare ne vote pas : il estime qu’il n’a pas à imposer aux Français ses choix, lui qui ne vit plus en France depuis 15 ans et qui ne compte pas y retourner… Nous en avons pourtant beaucoup parlé à la maison car forcément cela nous touche… Nous avons noté, avec tristesse, la montée des extrêmes qu’ils soient de gauche ou de droite… et cela, je le trouve effrayant… Quelles alternatives ? Dur, dur…
    Je t’embrasse Julie

    Aimé par 1 personne

    1. Je trouve la décision du barbare honorable. La montée des extrêmes malheureusement coïncide avec un climat économique et social de plus en plus compliqué, avec des conflits exacerbées par le terrorisme qui en vient à séduire des gens désespérés…
      J’ai peur que les mouvements protectionnistes qu’on observe un peu partout ne soient que les prémisses d’une guerre… Dur, dur, comme tu dis…
      Je t’embrasse aussi ❤

      J'aime

  5. « J’ai cru pleurer. Et je n’en ai pas eu la force. », voilà qui résume bien la situation.
    J’adore ce mot, « réchauffé », c’est agaçant qu’on nous le présente comme un gars novateur dans tout ce qu’il fait.
    Il va nous enfoncer sur bien des points (et je dis enfoncer, mais c’est pour être polie), et pourtant, comme dit mon père, « il vaut mieux voter pour lui et s’acheter des bonnes chaussures de manif, plutôt que se cogner l’autre et ne plus pouvoir manifester ».
    Voilà voilà.
    Je comprends bien celleux qui ne vont pas aller voter par dégoût.
    De mon côté, je ne peux pas me résigner à rester les bras croisés, passive. Ca me concerne trop pour laisser les autres décider seuls.

    Les législatives seront décisives, il faut rester mobilisés, des choses sont encore possibles si notre futur président·e n’a pas de majorité à l’assemblée.

    Aimé par 1 personne

    1. L’approche de ton père, et la tienne, sont bien meilleures je pense que l’abstention. Nous pouvons encore faire entendre nos voix, que ce soit aux législatives ou dans les rues quand il le faudra. Pour ma part, je n’ai jamais manifesté mais ça m’a démangé plus d’une fois ces dernières années. Un jour, j’oserai peut-être ouvertement m’opposer en rejoignant les rangs des manifestants, même si je reste méfiante sur l’efficacité des manifestations.
      Je donnerai une fois de plus une procuration à ma maman pour les législatives 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Tu peux aller tester pour le 1er mai 🙂
        Manifester, c’est montrer que l’on est prêt à dépenser du temps et de l’énergie pour défendre une cause que l’on pense juste.
        Les mouvements populaires ont permis de gagner certaines choses par le passé, si tout le monde descend dans la rue pour s’exprimer cela aura un impact considérable.
        Après, moi je fais les manifs depuis que je marche (ou presque)^^

        Aimé par 1 personne

        1. Ce serait avec plaisir si je n’étais pas bloquée là où je travaille avec les petits-déjeuners, l’accueil d’un stage de danse, le service du pique-nique le midi et l’accueil des autres clients le soir…

          J'aime

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s