Faire une erreur, s’excuser et apprendre.

J’ai commis une erreur. La fatalité, ce n’est pas mon truc. Pourtant, n’importe qui dans ma situation aurait pu dire que ça allait arriver un jour. L’erreur est humaine, n’est-ce pas ? 

J’ai compté. 18 portes, 7 portes-fenêtres, 2 portails. Autant de serrures, et de clés. Je travaille depuis Mars, tous les jours. Autant avouer qu’un jour, j’allais forcément oublié de fermer une porte à clé. Ou descendre un peu plus tard que prévu parce que je prendrais le temps de boire ma tisane avant de faire le tour de la propriété et fermer les portails.

Je m’investis sans compter dans mon travail, quel que soit le poste que j’occupe. C’est comme ça, je donne de ma personne et je m’applique à bien faire les choses. Pas du vite fait mal fait, mais plutôt un état d’esprit consciencieux, à la recherche du moindre détail, dans l’anticipation : j’essaie de penser à tout, de prévoir pour ne pas réagir mais juste agir, voire prévenir. Quand je me trompe, je ne fais pas les choses à moitié non plus.

Une lumière restée allumée, la porte de la réception ouverte, l’une des maisons squattées par des Roms qui ont décidé d’établir leur camp dans le village, et le portail pas encore fermé. M’étais-je trompée ou étais-je tout simplement en retard selon l’agenda du chef, passé à l’improviste… à 22h30 ? Je ne lui ai pas demandé ce qu’il faisait là, je n’ai pas eu le temps. Je n’ai vu personne non plus qui squattait d’ailleurs. C’est lui qui a tout vu et j’imagine qu’il n’a aucun intérêt à mentir. Savait-il que l’argent est en lieu sûr depuis plusieurs semaines ? A-t-il pensé que la porte de la réception était ouverte parce que je venais d’y descendre et qu’après une rapide remontée chez moi, j’allais venir tout fermer ?

Il a crié. Alors je me suis tue. J’ai vu la rage dans ses yeux, la peur aussi, et je n’ai pad pu réagir. Peut-être parce que les gens en colère me font peur depuis que j’ai eu à subir le harcèlement moral dans un de mes anciens postes. Peut-être parce qu’à part m’excuser d’avoir omis de fermer cette maison, il aurait fallu que je lui rappelle que si elle était ouverte, c’est parce qu’il tient à laisser certaines clés à l’exterieur, dissimulées mais pas si bien cachées que ça parce que Monsieur veut passer à n’importe quel moment sans avoir à me le dire, sans me prévenir… et ainsi la clé avait pu être utilisée facilement par les squatteurs…

Et comment lui dire que depuis Mars, je travaille sans relâche à tout mener de front et que je ne reçois pas la même la moitié du soutien technique dont j’ai besoin pour un établissement aussi grand ? Et comment lui dire que les clients viennent mais ne reviendront pas parce qu’il y a tant à refaire et qu’ils ont très vite compris que seule, je ne peux pas tout faire ?

Je me suis excusée, je lui ai tourné le dos, j’ai fait le tour des portes, des fenêtres, des chambres. J’ai ramassé toutes les clés qui traînaient ici et là, et j’ai verrouillé les portails. Je suis rentrée la boule au ventre, la gorge sèche et j’ai pleuré.

Vous savez ce qui se passe ? Je commence à avoir peur de lui, à me fermer, à avoir des pics de stress, à faire des cauhemars, à avoir un appétit désordonné, à douter de mes capacités… c’est comme un cercle vicieux que je connais déjà, dont je ne veux plus, mais qui recommence. Alors que j’ai trouvé ma voie, alors que je sais de quoi je suis capable, alors que je donnerais tout pour que tout se passe bien. 

J’ai commis une erreur. Il a crié, menacé… il ne s’en souviendra certainement pas, et ne s’excusera pas non plus. C’est juste que dans quelques mois, il peut s’attendre à ce que je m’en aille parce que jamais je ne laisserai quelqu’un me traiter d’une façon si inhumaine qu’elle me conduirait de nouveau au burn-out. Parce que le burn-out, une fois peut-être mais certainement pas deux. 

Publicités

17 commentaires sur “Faire une erreur, s’excuser et apprendre.

Ajouter un commentaire

  1. Ne te laisse pas décourager, et certainement pas impressionnée par ton chef ! Souvent ceux qui ont un peu de pouvoir s’y accrochent désespérément et ça les mène à être complètement à côté de la plaque. Et si tu as fait une erreur, ce n’est certainement pas au point qu’il te menace, tout le monde fait des erreurs et particulièrement au boulot.

    Aimé par 1 personne

    1. Disons quand qu’il te sort « ça va pas là Julie, vous faites quoi là ? Ça va pas le faire hein, ce n’est plus possible de continuer comme ça. Ah non, non, je ne suis pas content, on ne peut pas compter sur vous, ça suffit maintenant, faut que ça s’arrête. », je ne sais pas trop quoi penser.. je me suis fermée tout de suite…

      J'aime

  2. Pourquoi attendre quelques mois? Depuis le départ ça cloche avec lui : les quelques mois sont passés.
    C’est une question de respect de Toi. Tu ne veux plus être traitée de cette manière? Prouve le : respecte Toi et part.
    Ne trouve pas de prétexte pour rester, écoute Toi.
    Et T’écouter passe par ses paroles à lui : »Ca suffit maintenant, faut que ça s’arrête ».
    C’est ainsi que Dieu nous parle aussi : à travers la bouche des autres quand on ne se fait pas suffisamment confiance pour écouter la Voix en Soi.
    C’est ainsi que Tu trouveras un(e) employeur(se) respectueux (se) de Ta personne et de Ton travail.

    Tu as fait la demande de ne plus être la victime, donc la 1ère chose qui T’es envoyée c’est ce qui T’empêche de ne plus l’être : ce tableau dans la pièce de Ta vie est une réponse : plus de victimisation,plus de burn-out.
    Mais c’est à Toi de faire le pas : aide -Toi, le Ciel T’aidera.

    Je T’embrasse ma Lumineuse grande Fleur!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as certainement raison, je dois y réfléchir et pour partir, organiser mon départ car je ne perdrais pas juste un emploi et donc un revenu, mais aussi un logement…
      Moi qui me donnais jusqu’à 5 ans au sein de cette entreprise, je ne pense pas pouvoir faire plus d’une saison complète dans ces conditions…

      J'aime

      1. Tu as raison : pas une saison de plus dans ces conditions. D’abord trouver un autre logement,puis partir de cet endroit, le reste suivra.
        Tu y arrives,Julie! Tu y arrives : le RESPECT de Toi.

        Je T’embrasse!

        Aimé par 1 personne

        1. Hello sweetie!

          Il me vient de Te dire que crier est une façon de cacher son manque de confiance en soi, accuser « l’autre » est une façon de cacher à soi-même son sentiment de culpabilité.

          Voir cela, c’est pouvoir prendre du recul; prendre du recul Te permet de voir cela.

          Tu ne peux rien pour changer la personne en face de Toi, Tu as toute latitude sur Toi : Tes émotions expriment des choses,écoute les : le manque de confiance en Toi, le rôle de victime, la trop grande confiance,le bourreau,la gentille,la méchante,la culpabilité,l’absence de culpabilité, l’empathie…

          Il y a un très bon site (à mon goût) :https://nospensees.fr/

          Je T’invite à aller y faire un tour et choisir l’article(voire les articles) qui résonne(nt) en Toi (ça permet de se raisonner!)

          Je T’ai envoyé un Kdo sur Ta boîte mail.

          Lot of kisses!

          Aimé par 1 personne

  3. Et lui parler une fois la crise passée ? Car, je crois, qu’il peut entendre qu’il n’a pas à te menacer… Si il veut pouvoir venir sans te prévenir, il est chez lui et c’est son droit… Mais qu’il garde les clés plutôt que de les cacher à un endroit où elles peuvent être utilisées par une tierce personne…
    Courage Julie ❤

    Aimé par 1 personne

  4. Tu n’as rien dis – parfois il n’y a rien à dire Julie devant ce type d’agissement. Le risque c’est l’escalade.
    A l’intérieur de toi j’ai l’impression que tu sais ce qui est mieux pour toi, partir avant que cela ne prenne de l’ampleur. Certains patrons / responsables se croient tout permis. Pour moi rien ne justifie ni la violence, ni les propos blessants.
    Prends soin de toi Julie et protège toi. Tu as montré plus d’une fois combien tu étais professionnelle dans ton approche de ce travail. L’erreur est humaine et en plus tu as le courage de la reconnaître.

    Bravo pour le chemin parcouru. Une fois pas deux, oui, se respecter c’est essentiel dans la vie.

    Aimé par 2 people

  5. Bon Courage Sweetie … Si tu ne te sens pas bien ans ce travail, c’est evident qu’il faut que tu partes mais comme tu le dis…. « ça se prépare »,surtout si tu as un logement de fonction.
    Ou alors, essaie ‘en reparler avec lui et avance tes arguments.
    Dans tous les cas, bon courage…

    Aimé par 1 personne

  6. Je suis d’accord avec Marie, parfois il n’y a rien à dire parce que ce serait gâcher son énergie, surtout avec ces personnes qui ne communiquent que dans un sens -parler sans écouter en retour. Quand la communication est impossible parler peut faire plus de mal que de bien.
    C’est malheureux, toi qui étais si enjouée de ce poste, si seulement il te faisait confiance il aurait quelqu’un qui s’investit pour son entreprise, au lieu de cela tu n’as plus envie de faire d’efforts…

    Il y a toujours des solutions dans la vie, et si aujourd’hui tu décides de quitter cet emploi tu sais que tu auras de quoi rebondir, à travers tes propres ressources (car je ne doute pas que tu sois une personne de ressources) mais aussi avec tes amis et ta famille. C’est le genre de situation où tu as le droit de demander de l’aide.

    Aimé par 1 personne

  7. Personne n’a à te crier dessus ainsi, même un patron ! Ce sont des gens qui se croient tout permis…Tu mérites bien mieux que ça et c’est lui qui ne te mérite pas… Quand tu vas partir, il va perdre plus que toi et peut-être qu’il comprendra ou pas mais toi tu seras ailleurs. Prends soin de toi !

    Aimé par 1 personne

Quelques mots de votre part :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :